Je mémorise et je sais écrire des mots CE2 ♦ Les leçons d’orthographe CE2

[no_toc]

Je continue, je continue… avec les traces écrites liées à « Je mémorise et je sais écrire des mots au CE2 » (oui, je sais, j’avais beaucoup de retard dans mes publications ^^).

J’ai utilisé la matrice choisie par l’école (voir l’article dédié : Traces écrites version cycle entier) : des feuilles A4, format paysage, pour être mise dans un porte-vues qui est gardé sur l’ensemble du cycle. Il y a donc sur chaque leçon une partie « quadrillage Seyes » à droite, pour que mes collègues de CM1 et CM2 puissent faire des ajouts / compléments. C’est l’avantage du CE2 : on démarre le cycle, donc les leçons sont toutes propres, toutes belles.

poz-tri-lettres_C_150

Lire la suite →

Rallye-liens ♦ Les corrections de dictée

[toc]Un bouton-rallye-liens que je prends bien en retard… mais que j’ai promis de suivre : la correction des dictées, lancé par notre cybercollègue Farfa.

Je lance mon tout premier rallye liens… A la suite d’une discussion sur le forum des cyberprofs, je me suis dit qu’il serait très intéressant d’échanger sur nos façons de mener les corrections des dictées dans nos classes…. Chose difficile pour tout le monde… La façon de corriger est aussi liée à la façon de mener l’activité…

Farfa

bouton_partiticipation_rallye-lien_p

Lire la suite →

Orthographe CE2 ♦ « Je mémorise et je sais écrire des mots », mon organisation (2/3)

[toc]

 

Page précédente : Nouveauté pour la rentrée = je me lance dans la méthode « Je mémorise et je sais écrire des mots » de Mme Picot (1/3)

Dernière mise à jour : 07.09.15
Remplacement de certains documents pour coller au calendrier 15-16 zone A

Lire la suite →

Orthographe CE2 ♦ « Je mémorise et je sais écrire des mots » (1/3)

[toc]

Là encore c’est loin d’être une nouveauté dans les pratiques pédagogiques du corps enseignant. Beaucoup de mes cybercollègues mettent en oeuvre cette méthode éditée par le SCEREN, sous la direction de Mme Picot. De mon côté, c’est une méthode qui n’était pas encore diffusée lors de mes années de formation à l’IUFM, et la formation continue étant ce qu’elle est… Bref, c’est au détour de mes lectures sur le web ces dernières années que j’ai découvert le livre.

Cela fait un moment que je ne suis pas satisfaite des résultats de mon enseignement en orthographe et que je me sens un peu impuissante face aux nombreuses fautes qu’ils commettent malgré le temps passé en classe. Alors, même s’il m’a fallu un peu de temps pour maturer l’idée de changer ma façon de faire, je me lance enfin.

Et voilà donc ma deuxième participation au  de Zazou pour nos nouveautés de la rentrée.

Pourquoi le choix de cette méthode ?

Elle est beaucoup pratiquée par le petit monde de mes cybercollègues et ils ont l’air très satisfaits des résultats tangibles qu’elle produit. En soi, cela a été suffisant pour me décider.

Et ce qui ne gâche rien, Anyssa m’a gentiment ramené le livre dont elle ne se servira pas cette année ! Donc merci à elle, voilà quelques euros d’économisés 😉 . Et au passage, j’ai hérité de tout son travail numérique qu’elle avait fait pour ses (très bons) CE1, à partir de ce livre CE2.

 

 En quoi cette méthode semble être efficace ?

Cela fait quelques jours que je suis plongée dans le livre de Mme Picot. Suffisamment pour voir que la méthode proposée n’a rien de révolutionnaire. Mais qu’elle diffère tout de même notablement sur certains points de ce qui est proposé dans les manuels.

Ce qui saute aux yeux lorsqu’on prend connaissance du livre, c’est l’ultraritualisation des séances d’orthographe, à la fois dans le temps (on fait chaque semaine la même chose), dans la programmation annuelle (4 périodes consacrées au codage / décodage et la dernière à l’orthographe lexicale) et dans le déroulement des séquences d’apprentissage (découpage de chaque séquence en séances identiques chaque semaine, découpage de chaque séance quotidienne selon le même schéma, même type d’exercices à chaque fois…). L’objectif affiché est à la fois de rassurer les enfants et d’établir des procédures automatiques, économisant du temps d’apprentissage. Normalement, sur la fin de l’année, les séances doivent prendre moins de temps à mener.

Ce qui diffère en revanche des derniers manuels d’étude de la langue, c’est la grande place attribuée à l’étude grapho-phonétique, et en particulier sur le codage / décodage. Là où les autres manuels ne revoient qu’une petite dizaine de phonèmes parmi les plus complexes (ou plutôt graphèmes d’ailleurs en CE2), Mme Picot reprend une grande partie des phonèmes et graphèmes, y compris simples. Ce que je ne faisais plus dans ma classe ces dernières années, me concentrant plus sur l’analyse orthographique dans la phrase. Ce temps sur l’étude des phonèmes prend presque 4 périodes de l’année. A contrario, la méthode d’orthographe reprend moins d’analyse d’orthographe grammaticale. Peut-être est-ce abordé dans la méthode de grammaire. Je n’ai pas encore eu le temps de m’y pencher.
Ah oui, parce que ça aussi je le change cette année, je me plonge également dans la méthode de grammaire. Mais on verra dans quelques jours…

La méthode de Mme Picot est clé en main : elle livre les fiches de préparation des séquences, le matériel élèves photocopiable, les programmations et les notions nécessaires au maitre pour lier le tout. Il m’a fallu tout de même plusieurs jours pour appréhender le tout, me repérer dans le livre, savoir à quoi correspond quoi… Et puis, même si le tout est prêt, j’ai besoin de refaire pour m’approprier le travail (et arranger les choses à ma sauce).

La méthode « Je mémorise et je sais écrire des mots » demande beaucoup de temps en classe. ça c’est le reproche que je lui fais. Le déroulement général d’une séquence complète prend environ 3 heures par semaine :

  • séance de travail sur le phonème (découverte, manipulation, synthèse) ;  ou séance de synthèse : au moins 45 min
  • séances quotidienne de mémorisation des mots : 20 min par jour, soit 1 heure par semaine
  • séance d’exercices de réinvestissement : 25 min (15 min de travail individuel + 10 min de correction collective)
  • dictée hebdomadaire : 40 min (20 min de dictée + 20 min de correction collective)

Au fur et à mesure de l’année, les exercices de réinvestissement s’intègrent à la séance de travail sur le phonème (ça c’est le bénéfice de la ritualisation), mais sont alors remplacés par une séance de synthèse en orthographe grammaticale. Il n’y a qu’au cours de la dernière période, lorsqu’on aborde les listes d’orthographe lexicale, qu’on peut supprimer une séance et donc gagner 45 min.

J’ai décidé d’adapter un peu la méthode à ma sauce

Je ne ferai pas les séances de mémorisation des mots, en tout cas pas de façon approfondie. Nous verrons les mots à apprendre lors de la séance de travail sur le phonème.

J’ai adapté la programmation annuelle à la réalité du découpage de l’année scolaire 2012-2013 (zone B). En particulier, j’ai décalé dans le temps quatre des évaluations proposée : nous avons 3 périodes de 6 semaines l’année prochaine, et pour avoir le temps de compléter les livrets scolaires aux dates choisies par l’école, il a fallu que j’avance les évaluations par rapport à ce qui était proposé. Rien que pour la dernière, Mme Picot la programme au cours de la semaine 34. Sachant que la première semaine n’est pas complète, cela amène l’évaluation en semaine 35 réelle. C’est irréaliste.

  • J’ai ajouté 2 listes de mots à apprendre à celles proposées :
    • une en semaine 14, sur les révisions [s]/[z] = les révisions des listes précédentes se fait la semaine précédente, en semaine 13, ce qui laisse cette semaine-là sans liste de mots ;
    • une en semaine 21, sur les mots se terminant par ail/aille, eil/eille, ouil/ouille, euil/euille = il y a une synthèse sur cette notion (mais pas de nouvelle liste de mot à apprendre cette semaine là), mais j’ai trouvé le panel de mots à apprendre en lien vraiment pauvre, alors que c’est une notion complexe.
  • J’ai notablement enrichi la liste de mots sur le son [gn], car j’ai trouvé la liste originelle très pauvre (3 mots seulement).
  • J’ai donc également adapté les dictées hebdomadaires qui y sont liées :
    • ajout d’une dictée pour la nouvelle liste de mots de la semaine 14 (sur [s]/[z].
    • légères modifications d’une bonne moitié des dictées de groupe de mots hebdomadaires = ajout d’un mot aux groupes de mots à écrire, légères modification des phrases, suppression parfois d’un des mots à écrire…
    • déplacement d’une des dictées dans le temps : la dictée sur le son [ei/ai] de la semaine 19 est passée à la semaine 18 (l’apprentissage des mots se fait au cours de la semaine 18, ce qui semble donc plus logique, et cela permet de n’avoir qu’une seule dictée au cours de cette semaine là, celle de l’évaluation).

Je n’ai pas tout fini, loin de là, mais pour ce qui est déjà prêt, c’est ici :

 Page suivante « Je mémorise et je sais écrire des mots CE2 » – Mon organisation. (page 2/3)

 

Orthographe CE2 ♦ Mots de dictée et dictées hebdomadaires

[toc]
Ces documents ne sont plus utilisés, et donc plus actualisés, depuis que je suis passée à un travail annuel : Je mémorise et je sais écrire des mots au CE2. Ancienne présentation, coquilles possibles... Article non mis à jour également donc.

Chaque semaine, le vendredi, je donne une liste de mots à apprendre pour le vendredi suivant. Les listes de mots sont établies à partir d’une échelle d’orthographe qui servait de référence dans l’école quand j’y suis arrivée.

Pour une bonne première moitié de l’année, les mots sont choisis en fonction de ce que l’on travaille en orthographe (les homophones par exemple), en grammaire (liste de noms communs…), en conjugaison (liste d’infinitifs) et vocabulaire. Puis sur la fin de l’année, les dernières listes sont mixtes et me servent à rétablir un panel de mots équilibré (pour fabriquer les phrases de dictée hebdomadaires) et à finir la liste des mots à savoir pour l’année.

Les phrases ne sont pas préparées à l’avance, mais elles reprennent de semaine en semaine les notions travaillées. Je n’introduis qu’une ou deux notions nouvelles par dictée maximum, et reprends celles travaillés pendant en général au moins 3 ou 4 dictées consécutives, puis je laisse un temps de « repos » et y revient quelques semaines après.

Il y a en gros 5 listes de mots par période + une dictée bilan. C’est équilibré chaque année suivant la longueur des périodes.

Lire la suite →