Une activité pour commencer à repérer les fonctions les plus simples de mise en page : gras, italique, centré, taille de la police, choix de la police, justifié, mettre en couleur… L’activité est équivalente à la numéro 4 (mettre en page un extrait de Dico dingo). Celle-ci montre un texte plus court, mais avec une mise en page à faire plus compliquée. Cet exercice peut être refait plusieurs fois, avec plusieurs textes sources différents, et plusieurs mises en page différentes (y compris non conventionnelles, l’objectif est la manipulation du logiciel). Il faut seulement faire attention à proposer un texte bien connu des enfants (lu enLire la suite…

Une activité pour commencer à repérer les fonctions les plus simples de mise en page : gras, italique, centré, taille de la police, choix de la police, justifié, mettre en couleur… L’activité faite suite à celle de l’exercice 3 (où il fallait mettre certains mots ou morceaux de phrase en forme) puisque ici il faut mettre en page un texte. Le texte est connu des enfants, et bien sûr il n’est pas à recopier. Cet exercice peut être refait plusieurs fois, avec plusieurs textes sources différents, et plusieurs mises en page différentes (y compris non conventionnelles, l’objectif est la manipulation du logiciel). Il faut seulementLire la suite…

Une activité pour commencer à repérer les fonctions les plus simples de mise en page : gras, italique, centré, taille de la police, choix de la police, justifié, mettre en couleur… Un exercice à refaire autant de fois que nécessaire, avec autant de textes différents qu’on voudra. Par contre, je préfère toujours travailler avec un texte complètement connu des enfants (pour ne pas rajouter de difficultés de lecture, de compréhension à l’exercice).Lire la suite…

Une des activités les plus fréquentes et utiles en TICE : utiliser un traitement de texte. Pour cela, un premier exercice : tout simplement taper / copier un texte. Un exercice à refaire autant de fois que nécessaire, avec autant de textes différents qu’on voudra. Par contre, je préfère toujours travailler avec un texte complètement connu des enfants (pour ne pas rajouter de difficultés de lecture, de compréhension à l’exercice). En revanche, j’utilise rarement des textes écrits par les enfants (dans le cahier de brouillon par exemple), tout simplement car je fais de moins en moins de production d’écrit sur cahier : en général aprèsLire la suite…