Quelques pensées autour de mes corrections de cahiers

[toc]

Je cherche déjà depuis un bon moment à améliorer mes corrections, ou plutôt le visuel de mes corrections. J’ai tendance, enfin j’avais tendance, à beaucoup écrire sur les cahiers des enfants, et souvent les parents me disaient qu’il y avait beaucoup de rouge, que tout était donc faux… Alors qu’une bonne partie du “rouge” était simplement l’annotation pour signifier que c’était correct, ou bien mes commentaires… Bref, plus j’en faisais, et moins ça plaisait…

Et l’année dernière, lors de mon séjour en Angleterre, j’ai flashé sur le mode de correction de mes collègues : très peu de commentaires globalement, mais une distinction très nette entre une réponse correcte et une réponse incorrecte. Nos collègues anglais usent et abusent des surligneurs fluos rose et vert. Une réponse correcte est surlignée en vert et une réponse incorrecte est surlignée en rose.

Surligneurs rose et vert

Ils remplacent le traditionnel stylo rouge.

J’y ai vu deux gros avantages (et les enfants aussi !!!!)

On distingue très bien ce qui est juste de ce qui est faux. Et ce qui est entre les deux n’est soit pas surligné, ou par un trait très fin. J’ai testé avec mes CE1 et ils ont beaucoup apprécié de pouvoir voir tout de suite ce qui était à reprendre. Tout comme ils ont beaucoup apprécié de voir finalement bien plus de vert que de rose, plutôt que “que du rouge”.

La correction cible uniquement la ou les compétences mises en œuvre dans ce qui est demandé à l’élève. De ce que j’ai vu en Angleterre, si la compétence évaluée c’est le résultat mémorisé d’une table, c’est le résultat qui est surligné, le reste est ignoré ; si c’est la procédure qui est évaluée, on surligne le calcul, et le résultat seulement quand il est correct (si il est incorrect, on laisse, c’est la procédure qu’on surligne seulement) ; en production d’écrit, on surligne les critères attendus ; en lecture, la partie qui correspond à la réponse attendue…

Il y a tout de même quelques inconvénients

Le fluo, c’est de l’encre liquide, ça ne sèche pas instantanément. Ce fut donc le retour du buvard sur mon bureau 😉 (sinon impossible de refermer le cahier immédiatement).

La correction est un peu plus longue. Pas énormément, mais sensiblement tout de même.

Le pendant de l’avantage : il faut apprendre, nous enseignant, à se focaliser sur ce qu’on veut évaluer, sur ce qu’on a demandé aux enfants, et pas corriger tout à tout va. J’ai par exemple discuté avec mes collègues (de mon école) à propos de la correction des fautes d’orthographe dans les questions de lecture… Impossible de les corriger avec ce système-là, dans cet exercice-là, puisqu’on peut se retrouver à surligner tout un morceau de phrase.

Les fluos s’usent plus vite qu’un stylo (même un stylo à encre liquide, ce que j’utilisais), et ça coute plus cher.

Et donc ?

J’ai testé pendant une période entière (la dernière de l’année). Je suis conquise, je rempile cette année.

Des tampons

 côté de ça, j’ai en revanche beaucoup moins écrit de commentaires ou d’appréciations, même pour féliciter. Ce qui me tracasse un peu.

Alors j’ai fini par commander ce à quoi je réfléchissais depuis au moins une ou deux rentrées : les fameux tampons de l’enseignant. J’ai commandé un kit complet chez Classroom Capers : le Coffret de 6 tampons : Notation et Appréciation ; ainsi qu’un tampon individuel Bon travail / Good work.
Pour ceux qui ne connaissent pas (aucun j’en suis sure 🙄 ), ce sont des tampons auto-encrés (durée de vie 10.000 tamponnages, avec réencrage possible).

page-cahier_tampons

Mes premières impressions

Je trouve dommage que le tampon “Très bon travail” soit orange, comme le “Attention au soin”. Il aurait pu mériter une couleur à lui tout seul, voire même une couleur un peu spéciale.

Il va falloir que je trouve le coup de main pour le tamponnage. Le tampon bouge un peu à l’intérieur de son tube, j’ai eu un peu de mal à appliquer bien à plat lors de mes essais.

Les couleurs sont jolies, sauf peut-être le bleu que je trouve un peu terne.

Même sur des papiers de bonne qualité (nous commandons des cahiers de grammage 90g/m², et de marque), l’encre des tampons traverse. C’est encore pire sur les pages des fichiers de maths, l’encre bave même du côté du tamponnage.

6 commentaires

  1. Bonjour
    J’avais visité ton site et trouvé ton idée ingénieuse alors je l’utilise dans ma classe depuis la rentrée. Ça marche très bien et les parents trouvent également que c’est plus simple (plus lisible rapidement) comme correction. Donc chez moi, je valide jusqu’à la fin de l’année même s’il faut que je me balade avec 2 crayons au lieu d’un.
    Par contre, je m’interroge à propos des livrets d’évaluation; Utilises-tu les mêmes couleurs ou as-tu un autre fonctionnement? J’ai envie pour les évals d’utiliser l’ orange pour les notions en cours d’acquisition, vert pour les notions acquises et rose pour celles non acquises? Qu’en penses-tu? Est-ce perturber les élèves que d’introduire cette couleur uniquement pour les évals ? Merci à toi.

    1. Author

      Bonsoir,

      Je ne sais pas trop quoi répondre. Je ne suis pas conseillère pédagogique, loin de là, je n’en ai pas les compétences.
      Je n’ai pas testé avec plus de 2 couleurs: pour moi, une réponse est correcte ou incorrecte. Une réponse n’est pas une “acquise” ou “en cours d’acquisition”. Pour moi, ça c’est l’analyse a posteriori qu’on fait des réponses données.

      Si tu vois ce que tu attends de cette codification couleur, essaye, c’est encore la meilleure façon de savoir.

      Cordialement
      Enge

  2. Je me questionne aussi souvent à ce sujet… trop, pas assez…
    parfois aussi je regrette d’y passer tant de temps …
    Je suis aussi très tentée par les fluos… je vais chercher les fluo en gel

  3. Author

    Oh, excellente question Charivari !
    En fait, dans ma classe, tout le monde écrit au crayon de papier (sauf les poésies, au stylo bleu). Je suis une grande adepte du crayon de papier, je trouve que les américains ont bien raison de l’utiliser jusqu’à la fin des études.
    Donc non, ça n’efface rien chez moi :s. Et maintenant que tu le dis, je crois qu’en Angleterre, c’était crayon de papier.

  4. C’est drôle, sur les livrets d’éval vers la Segpa on nous fait corriger comme ça : exactement comme tu dis, avec des surligneurs. Et je m’étais fait la réflexion que c’était drôlement efficace, visuellement.

    Le seul truc qui m’embête vraiment, c’est que le surligneur, ça efface l’encre bleue (au stylo plume). Aucun de tes élèves n’écrit au plume?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *