C’est un grand classique de nos classes. Selon la profondeur du travail en étude de la langue, on peut travailler dessus de la fin du CE2 jusqu’à la fin du CM2. Le net fourmille de propositions de travail, allant des questionnaires de compréhension à des travaux plus interactifs entre les enfants et l’enseignant.

La difficulté de ce roman réside entre autres dans les dénominations grammaticales (nature des mots essentiellement). C’est plus poussé que ce qu’on mène généralement. Mais finalement les enfants s’y font très bien, même sur les classes de mots non explicitées auparavant (je n’avais pas exemple pas fait les distinctions entre les articles dans les déterminants, là c’est passé comme une lettre à la poste).

En tout cas, mon petit groupe a particulièrement apprécié ce roman (je dois reconnaitre que ça n’a pas toujours été le cas). Peut-être parce que c’était un tout petit effectif et que les échanges entre les enfants et moi ont été plus important.

Côté travail, pour ma part, j’ai fait un peu un mix : en grande partie des questionnaires de compréhension, à chaque nouvelle séance de lecture un grand moment d’échange / débat / explication entre les enfants, du travail par paire, par trio, en solo… J’ai conservé le découpage en chapitres original (même si ce n’est pas celui suivi généralement par ce qu’on trouve comme ressource).Lire la suite…

Pour terminer l’année, il ne me restait que deux séances de lecture et j’avais pile le nombre d’exemplaires voulus de l’ouvrage Histoires de sorcières, de Marcel Pineau (Éditions Sedrap). J’ai choisi deux extraits : Du balai ! et Une potion fatale.
Le travail est un travail de questionnaire de compréhension très classique.Lire la suite…

Après la lecture d’un roman (Dico dingo, de Pascal Garnier), je reviens à des lectures courtes, du type un texte par séance. Mon choix s’est porté sur l’ouvrage Contes du bout du monde, dirigé par Régis Delpeuch.
Pour l’instant, j’ai préparé une séquence de 5 séances : la découverte du livre et la lecture de 4 contes.
Le serpent arc-en-ciel (Sénégal, type conte des origines)
L’âne qui valait de l’or (Maroc, type fable humoristique, plutôt intemporel)
Loir-Endormi (Amérique, Indien d’Amérique, type fable à morale)
Un garçon désagréable (Australie, conte des origines, avec une pointe de fable à morale)Lire la suite…

CONTES DU STYLO MAGIQUE : Un recueil de nouvelles autour du thème de l’école pour démarrer l’année. Des histoires où le fantastique vient à la rescousse du réel pour faire toucher du doigt aux enfants le plaisir de lire, les difficultés à réussir, le goût de l’effort… Jamais moralisateur, mais toujours un petit quelque chose à retenir : ce que veut dire être “plongé dans sa lecture”, qu’un “coup de pouce de la maitresse” amène à être capable de tout surmonter soi-même, qu’un “stylo magique” qui fait tout à sa place ne rend pas heureux pour autant, que vouloir faire disparaitre ceux qui nous agacentLire la suite…

Un deuxième  la même semaine ! Vous n’en revenez pas ? Moi non plus 😳 . Mais deux excellentes raisons pour participer aussi à celui-ci : 1. Il porte sur nos albums de Noël et 2. C’est Anyssa (La classe des gnomes) qui le propose. Les enseignants sont des passeurs d’histoires. La période de Noël est propice à la découverte de superbes albums. Je lance donc ce rallye-liens sur les albums de Noël, pour que tous les blogueurs viennent partager ici leurs coups de coeur et leurs incontournables. Alors je n’ai pas la jolie collection d’Anyssa, c’est donc une humble participation que je vous proposeLire la suite…

De nouveau je ne suis pas tentée par le texte de cette semaine de la méthode de Mme Picot (Faire de la grammaire au CE2), et je crains de plus de ne pas être trop en classe les prochains jours. Comme ça me semble très difficile pour un remplaçant d’entrer dans ce fonctionnement, je fais d’une pierre deux coups, et j’ai préparé pour cette semaine une vraie lecture silencieuse. Et selon comment se passera la semaine pour moi, j’y raccrocherai ensuite les notions que nous devions voir en étude de la langue. Donc, un conte en une seule partie (bien qu’assez long, donc j’ai prévuLire la suite…